Salon des vins d’Afrique du Sud, Montréal

Le 14 mai a eu lieu le premier Salon des vins d’Afrique du Sud de Montréal. Ce Salon était organisé par WOSA (Wines of South Africa), un organisme à but non lucratif établi au Canada depuis huit ans et qui œuvre à promouvoir les vins et les producteurs d’Afrique du Sud. Ce Salon était également organisé au profit de l'Unicef, qui a grand besoin de support alors que la crise alimentaire mondiale actuelle touche près d’un milliard de personnes, dont en majorité des enfants.

Le Salon avait lieu dans la magnifique salle du Centre des sciences de Montréal dont les immenses fenêtres offrent une vue magnifique sur le Vieux-Montréal. Comme à l’habitude dans ce genre de salon, c’était les agences québécoises qui étaient responsables de nous faire déguster les vins qu’elles représentent. Vingt-deux agences étaient présentes et offraient de découvrir les vins d’une cinquantaine de maisons et dans certains cas de rencontrer plusieurs producteurs présents. Il était également possible de rencontrer et de découvrir les vins d’une dizaine de producteurs non représentés au Québec. 

 

Plusieurs des vins offerts étaient des importations privées, tandis que les autres étaient des produits disponibles à la SAQ. L’occasion était donc excellente d’apprécier la spécificité des vins sud-africains, tout en comparant l’expression des différents cépages et des différentes maisons vinicoles. Personnellement, j’ai eu beaucoup de plaisir à déguster les vins blancs d’Afrique du Sud : le Chardonnay,  le Sauvignon blanc et le Chenin blanc méritent qu’on les découvre. Ce sont des vins blancs charmeurs, dans le style Nouveau-monde, mais avec davantage d’acidité et de fraîcheur. Des blancs offrant par ailleurs d’excellents rapports qualité-prix. Du côté des rouges, c’était l’occasion de découvrir le Pinotage, le plus typique des cépages sud-africains, ou encore d’apprécier la qualité et la spécificité des différents cépages internationaux en terre sud-africaine. Pour ma part, j’ai particulièrement apprécié les Shiraz, dont les tanins étaient souvent plus soyeux et l’utilisation du bois plus légère. L’utilisation du bois en Afrique du Sud donne souvent un caractère fumé aux vins. Bref, un salon très intéressant et qui nous rappelle de ne pas oublier le continent africain à un moment où il en a bien besoin.

Laisser un commentaire