Fontanafredda, Barolo Vigna la Rosa

L’équipe de la société Fontanafredda était de passage à Montréal récemment pour relancer au Québec leurs produits, dont entre autres le Barolo qui figure depuis longtemps sur la liste des produits réguliers de la SAQ. Nous avons été conviés par l’agence LCC vins et spiritueux à une dégustation verticale de Barolo Vigna la Rosa de 1971 à aujourd’hui en compagnie d’Oscar Farinetti, nouveau propriétaire du domaine Fontanafredda, et de l’oenologue Danilo Drocco. Cette dégustation revêtait pour moi une connotation particulière, car la première bouteille avec laquelle j’ai commencé ma cave à vin était un Barolo de la maison Fontanafredda.
 

Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa

Le domaine Fontanafredda fut fondé en 1878 par le fils illégitime du roi Vittorio Emanuelle II, Emmanuele Guerrieri di Mirafiori. Après avoir dilapidé son héritage, ce dernier voit son domaine racheté en 1931 par la banque Monte dei Paschi di Siena. Cette banque demeurera propriétaire du domaine Fontanfredda jusqu’à son rachat, il y a à peine deux ans, par Oscar Farinetti propriétaire de Eataly, une chaine de marchés d’alimentation haut de gamme.

Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa

La maison Fontanafredda produit beaucoup de vin à partir de raisins qu’elle achète à près 600 viticulteurs. Ceci dit, le Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa est un vin issu d’un seul vignoble. L’exposition de ce vignoble est excellente et permet de dissiper rapidement le brouillard matinal qui est fréquent dans la région. Les sols y sont à la fois très calcaires et sablonneux, ce qui, au dire de Danilo Drocco, confère au Barolo Vigna la Rosa souplesse, finesse et harmonie.
Cette dégustation verticale nous a permis d’apprécier la qualité du Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa, mais également de voir comment il évolue à travers le temps. Nous avons dégusté les millésimes 2008, 2004, 2001, 1999, 1996, 1982, 1978 et 1971, tous considérés excellents. Très fruité et expressif dans sa jeunesse ce vin offre beaucoup de structure et de fraîcheur. Avec le temps, ils développent des arômes complexes de chocolat, de prune, de truffe, de tabac, de cuir et de goudron. Les tanins sont fins, mais conservent longtemps une certaine astringence. Enfin, l’acidité assure à ces vins une bonne longévité en cave.

Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa
Pour la curiosité de la chose, nous dégustons d’abord le Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa 2008. Ce vin est tiré des barriques et n’a donc pas encore complété son affinage avant la mise en bouteille. Il est entièrement sur le fruit. Les millésimes 2004 et 2001 sont merveilleux et offrent à la fois des arômes fruités de mûre et à la fois des arômes tertiaires de cuir, de tabac et même de truffe. Les tanins sont serrés et bien enveloppés, un brin ferme, ce qui est la marque du cépage Nebbiolo et une caractéristique du Barolo.
Le Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa 1999 est comparable au deux précédents, quoique plus fin. Le 1996 offre un nez riche, dense et complexe avec des parfums de cuir, de goudron, de truffe et de cerise. Malgré des tanins fondus, ces deux vins conservent une certaine astringence. Également, leur acidité et remarquable et ils tiennent parfaitement la route.

Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa
Avec le Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa 1982, on marque une rupture. Les millésimes 1982, 1978 et 1971 sont comparables. La robe est tuilée. Les parfums sont tertiaires : prune, goudron, truffes, café,? Les tanins sont parfaitement fondus. Mais ce qui étonne, c’est le degré d’acidité et de fraîcheur que conservent ces vins.
Le Barolo Fontanafredda Vigna la Rosa 1999 est présentement disponible à la SAQ via le courrier vinicole. Les caisses non vendues seront ensuite relocalisées à la SAQ signature. En attendant, on peut néanmoins se rabattre sur le très bon et bien moins cher Barolo Fontanafredda 2004 disponible en produit régulier, ou encore essayer l’excellent blanc Gavi di Gavi 2007.
Barolo Fontanafredda 2004

Laisser un commentaire